REMISE DES PRIX 2008 :

Ce sont des travaux de très grande qualité qui nous ont été soumis pour ces deux prix : l’International Award for Outstanding Achievement in Theoretical/ Fundamental Research in the Field of Terminology, et l’International Award for Applied Terminology Research and Development.
 La proclamation des résultats a eu lieu le 8 octobre, à la fin du IVe Sommet de Terminologie. Le premier prix cité allant à Mme Carine Abi-Ghanem pour sa thèse très originale sur le développement de la terminologie arabe dans le domaine du génie génétique. L’autre revenant à Igor Kudashev et Irina Kudasheva, ainsi que Inkeri Vehmas-Lehto et Aleksandr Gerd, pour leur dictionnaire finnois-russe de foresterie.

 

Discours prononcé par la Présidente du Jury :

En tant que Présidente du Jury qui attribue les Prix de Terminologie pour cette année, j’ai l’honneur et le plaisir d’ouvrir cette séance consacrée à la présentation des Prix eux-mêmes et surtout des lauréats qui vont être couronnés.

L’historique des Prix de Terminologie est intimement lié à l’histoire de l’AET : dès sa constitution, en 1996, l’AET s’est chargée de mettre en place cette organisation afin de soutenir et de promouvoir la recherche terminologique dans le monde et de contribuer ainsi à son développement. Je dois dire tout de suite que l’AET n’est pas seule dans cette tâche ; deux autres organismes, l’Association pour la terminologie et le transfert des connaissances (GTW) et Termnet l’assistent et participent à l’organisation en sponsorisant en grande partie les Prix de Terminologie. Ces Prix sont donc destinés à soutenir la recherche et à encourager les activités terminologiques en mettant à l’honneur des travaux de jeunes chercheurs provenant de tous les pays du monde.

L’appel à candidatures a été lancé en 2007 et nous avons reçu huit dossiers dont je ne peux que vanter les qualités et les mérites.

Le Jury a été constitué de sept membres provenant de divers organismes de terminologie un peu partout dans le monde et a été assisté par des experts dans le cas de langues qui nous étaient moins connues. Je voudrais ici remercier tous les membres du Jury pour leur travail – un travail qui n’était pas facile vu la qualité et le volume des ouvrages soumis à leur jugement. Ce n’est pas le moment de présenter en détail toutes les candidatures, mais je vais évoquer certains éléments qui me semblent dignes d’être mentionnés ici.

Tout d’abord, le fait que les candidatures se sont partagées entre les deux Prix : il faut savoir qu’il y a deux Prix différents qui sont attribués aujourd’hui, le Prix pour la recherche théorique et fondamentale en terminologie et le Prix pour la recherche appliquée en terminologie. Quatre candidatures ont été reçues pour chacun de ces deux Prix, c’est à dire quatre travaux concernant le développement de la théorie terminologique et quatre dictionnaires - ce qui témoigne d’un vif intérêt pour les deux aspects du travail du terminologue.

Deuxième point intéressant : bien que prioritaires, l’anglais et le français sont loin d’être les seules langues de nos candidats ; nous avons reçu deux candidatures rédigées en anglais et deux autres en français ; mais il y a également eu deux ouvrages en langue roumaine et deux travaux bilingues : un dictionnaire finnois-russe et une thèse franco-arabe. Il est clair que nous apprécions beaucoup ce fait, puisque la promotion de la diversité linguistique a toujours fait partie intégrante des buts et des aspirations de l’AET.

Un troisième point que j’ai envie de mentionner concerne la motivation de notre public : ce n’est pas par hasard si certains pays nous ont « alimenté » avec plus de candidats que d’autres ; je pense notamment aux deux candidats roumains et aux trois candidats grecs, qui se sont présentés parce que les sociétés de terminologie locales, ainsi que des personnes motivées, se sont chargées d’assurer la promotion des Prix et de diffuser largement l’appel à candidatures. Moralité donc, déjà connue dans les domaines adjacents (par exemple l’ingénierie linguistique) : les choses marchent beaucoup mieux là où les gens sont motivés – c’est peut-être une évidence, mais une évidence qu’on a besoin de se répéter dans notre domaine lorsqu’on se pose des questions sur l’avenir de la terminologie.

Je vais enfin dire un mot sur la qualité, tout à fait impressionnante, de tous les travaux reçus ; la preuve en est que, sur une échelle de 1 à 5 (avec 1 comme note maximale), les membres du Jury n’ont pas eu besoin d’utiliser 4 et 5 – tout simplement parce que toutes les candidatures étaient bien supérieures à ces cotations.

A part la qualité, le critère principal appliqué pour l’évaluation des travaux soumis fut l’aspect innovateur de chaque ouvrage. C’est sur la foi de ce critère que le Prix pour la recherche théorique et fondamentale en terminologie sera attribué à une thèse soutenue en France, à l’Université Lumière (Lyon II) et ayant comme sujet la terminologie du génie génétique en langue arabe. Le grand mérite de cette thèse est que l’auteur s’est exposé au risque d’explorer un terrain pratiquement vierge – dans le sens que les travaux concernant le génie génétique en arabe sont particulièrement rares. La thèse date d’à peine un an (elle a été soutenue en novembre 2007) et la recherche est faite dans le cadre théorique d’une approche socio-terminologique qui semble être assez efficace et intéressante par rapport au sujet traité. L’auteur étudie la création, la diffusion, la réception et surtout l’implantation de termes dans le monde arabe en tenant compte de leur fonctionnement réel – c’est-à-dire des dimensions interactive et discursive qui déterminent leur emploi. En même temps, la thèse présente une observation de l’état des lieux en socio-terminologie, accompagnée d’une réflexion théorique sur cette approche – en s’appuyant bien entendu sur l’exemple de la formation et de la circulation des termes nouveaux dans le monde arabe.

En ce qui concerne la recherche appliquée, le prix va à un dictionnaire bilingue. Il s’agit d’un projet de recherche réalisé à l’Université d’Helsinki en Finlande. C’est un dictionnaire finnois-russe, ayant comme objet la terminologie de la sylviculture et de l’écologie forestière. Ce travail s’inscrit dans un cadre plus large, comprenant une série de publications, l’organisation de séminaires de terminologie et la formation d’étudiants de 2ème cycle. Le dictionnaire issu dans le cadre de l’ensemble de cette activité terminologique présente avant tout le mérite d’être basé sur un vrai corpus – c’est-à-dire sur des textes et non pas sur d’autres dictionnaires ; il comprend environ 5000 entrées avec le finnois comme langue source. C’est un dictionnaire destiné principalement (quoique non exclusivement) à un public de traducteurs. Un des points les plus intéressants de cet ouvrage est son aspect comparatif, avec plus de 700 tableaux représentant des systèmes de concepts en finnois et en russe qui sont mis en parallèle pour faire ressortir les points communs et les différences entre les deux langues traitées.

 Ayant ainsi présenté les deux travaux, je vais procéder à la remise des Prix proprement dite. (…)

 Je vais terminer en remerciant encore une fois l’Association pour la terminologie et le transfert des connaissances (GTW) et Termnet qui ont sponsorisé les deux Prix, en remerciant les membres du Jury pour tout le travail accompli et en vous remerciant, vous, d’avoir assisté à cette présentation et d’avoir si chaleureusement applaudi nos lauréats des Prix de terminologie 2008.

 

 

Tweets

Agenda

 

2017


Seminar in Wales
4 September
Bangor
Wales

 

Realiter 2017
6-7 October
Barcelona
Catalonia

 

SLOVKO 2017
25-27 October
Bratislava
Slovakia

 

ELETO 2017
9-11 November
Athens
Greece

 

TOTh workshop
17 November
Castelló
Spain


International Symposium
13-14 November
Bucharest
Romania